GESTION DURABLE DES DECHETS: Le Sénégal outillé pour faire face au fléau

«Les déchets ménagers, industriels, biomédicaux constituent de véritable problèmes de santé public». Du moins c’est qu’a fait savoir le chef de division de la prévention et du contrôle des pollutions et nuisances du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Aita Sarr Seck. Selon elle, les manquements se situent dans la manipulation, la collecte, l’emballage, l’étiquetage ; le transport et le stockage. «Au niveau des maisons les ménagères ne sont pas assez outillé pour faire le tri des déchets dangereux ainsi par ignorance, leurs familles sont exposés aux dangers des déchets polluants, au niveau de certains centres hospitaliers aussi, le manque de matériels adéquats pour l’incinération des biomédicaux cause également un problème de santé».

Pour pallier à ces manquements, le ministère de l’Environnement et du Développement Durable en collaboration avec le Fem et l’Onudi, après avoir lancé la phase pilote le projet du projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets municipaux et dangereux pour réduire les émissions de Polluants organiques persistants (Pop) non intentionnels dans les villes de Ziguinchor et de Tivaouane en 2015, a procédé hier à la validation des directives sur les déchets dangereux.

En effet, d’après le coordonnateur dudit projet, Lhyssan Tchimboungou pour mieux gérer les déchets dangereux les autorités étatiques doivent être capacitées. «Ils doivent être en mesure d’identifier les déchets dangereux et connaitre les normes, les procédures et les mesures de réglementation de ces déchets» déclare le coordonnateur.

M. Tchimboungou estime par ailleurs qu’il est impératif que les Ong et associations qui œuvrent pour l’environnement participent activement au projet en vue d’apporter leur contribution sur la gestion durable des déchets. Au  terme de cet atelier, les participants vont être outillés pour faire face aux déchets dangereux. Ils vont également adopter les directives idoines sur les déchets dangereux afin de préserver la santé des humains et des animaux ainsi que la nature.

Paule Kadja TRAORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *