“Je suis fatigué de manger de la chair humaine”, se lamente un ”cannibale”

Un guérisseur traditionnel, Nino Mbatha, qui est entré dans un poste de police sud-africain et a sorti une main humaine d’un sac d’école qu’il portait est poursuivi pour meurtre.

Ryan Ntshalintshali, le policier d’Estcourt, qui était de service, lorsque Mbatha est entré dans le poste de police a raconté au tribunal le déroulement de l’incident, rapporte TimesLive.

L’action de Mbatha a mené à une enquête qui a conduit à la découverte de parties du corps humain, identifiées par la suite comme étant celles d’un certain Zanele Hlatshwayo. Ce qui a permis finalement à l’arrestation de plusieurs hommes.

Mbatha et ses coaccusés, tous âgés de 32 ans, ont été inculpés pour meurtre d’une femme de la région, Zanele Hlatswayo. Les trois suspects ont plaidé non coupable pour toutes les accusations.

Ntshalintshali a déclaré à la cour: «Quand il est entré au poste de police, j’ai pensé qu’il était mentalement instable parce qu’il n’arrêtait pas de parler. Il criait: “J’ai besoin de l’aide de la police parce que j’en ai assez d’être obligé de manger de la chair humaine”.

Le policier a déclaré qu’il avait averti Mbatha de rester silencieux, mais il continuait à parler en zoulou.

«Il a indexé son sac en affirmant qu’il y avait des parties humaines dedans. Il ouvrit le sac et sortit ce qui ressemblait à une main et la posa sur le comptoir.”

Surpris et confus par la découverte, Ntshalintshali a déclaré au juge Peter Olson qu’il avait appelé un autre policier pour inspecter la main. Au début, ils pensaient que c’était une main de poupée.
«Il a ensuite sorti un objet du sac et une odeur horrible se dégageait», a déclaré Ntshalintshali.
“C’est à ce moment-là que je lui ai dit que je le plaçais en état d’arrestation pour suspicion de meurtre”, a déclaré le policier.

afrikmag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *