Le sabre de l’érudit résistant El Hadj Omar Tall attraction du musée des civilisations noires

C’est une bouffée d’oxygène pour tout ce qui aime les patrimoines des anciens. Au musée des civilisations, inauguré ce matin par le Président de la république Macky Sall, on peut y trouver avec une fierté sentie le sabre de l’érudit Jihadiste El Hadj Omar Tall disparu à Bandiagara, le Coran d’Ahmadou Tall au Musée des Civilisations Noires et d’autres objets de valeurs de nos valeureux anciens. Mais le sabre de El Hadj Omar est la pièce à ne pas rater.

Construit sur une superficie totale de 15.000 mètres carrés sur quatre niveaux, le musée des civilisations noires compte 5.000 mètres carrés de surface réservés aux expositions, ainsi qu’un auditorium de 150 places pour abriter conférences de presse, séminaires et autres colloques.

Il est également doté d’un espace dénommé « Agora » ou « Pencc », « ouvert à l’africaine et convivial » et destiné à recevoir des spectacles et rencontres artistiques.

Cet édifice culturel totalement assumé par l’Etat du Sénégal va être axé sur « l’apprentissage, la connaissance et le savoir », selon le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly.

Le projet d’édification d’un musée des civilisations noires a été émise pour la première fois en 1925 par le Sénégalais Lamine Senghor et des intellectuels africains dont l’ambition était de réhabiliter, par ce biais, « la dignité de l’homme noire ».

La première pierre de l’édifice a été posée en décembre 2011 par l’ancien chef de l’Etat du Sénégal, Abdoulaye Wade, avant le début des travaux en avril dernier.

IGFM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *