AGRESSION DE DEUX AMÉRICAINS À MÉDINA BAYE : UN MORT ET PLUS DE TROIS MILLIONS EMPORTÉS

0

Des malfaiteurs, armés de pistolets et de coupe-coupe, se sont introduits, dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 janvier 2020, dans la maison où vivaient deux disciples de Imam Assane Cissé, en l’occurrence Abdou Aziz Cissé (49 ans) et son fils Bassirou Cissé (18 ans), tous de nationalité américaine. Plus de trois millions F CFA auraient été emportés par les malfaiteurs qui en plus, ont grièvement blessé les deux américains.

Ces derniers ont été acheminés à l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack. Mais malheureusement, le jeune Bassirou Cissé n’a pas survécu à ses blessures. Il est passé de vie à trépas quelques heures après son évacuation. Sur place, certains dénoncent la négligence des médecins de l’établissement qui aurait favorisé le décès du jeune homme. Une thèse battue en brèche par Dr Kalidou Ly, dudit hôpital. Face à la presse, il a rejeté les accusations portées contre eux expliquant comment les deux patients ont été accueillis et les soins qui leur ont été administrés.

La thèse de la négligence médicale rejetée

« Nous avons besoin de rétablir la vérité des faits. Nous avons reçu ce matin, vers 5h du matin, un père et un fils qui ont été agressés. Donc à l’arrivée, ils présentaient tous les deux des traumatismes crâniens ouverts. Le fils était plus atteint, le père un peu moins », a expliqué la blouse blanche, rassurant que ces deux malades ont bénéficié d’une prise en charge convenable avec le médecin de garde.

« Nous avons tous les bilans radios et ceux sanguins des deux patients. Ce qui devait être a été fait et à l’heure actuelle nous avons le bilan complet du père qui a un trauma ouvert de la main et des palies superficielles et des traumas cranio-encéphalique. Pour ce qui est du fils que nous avons malheureusement perdu quand il est arrivé, il présentait un traumatisme crânien encéphalique grave avec une altération de la conscience et un état hémodynamique qui est instable », a déclaré Dr Ly.

Avant d’ajouter : « Dans ces conditions, il fallait privilégier la stabilité hémodynamique et le calmer avant de faire autre chose. Donc pour lui aussi, les formulaires de prises de soins des urgences ont été utilisés. Il a bénéficié d’un bilan sanguin préalable. On ne pouvait pas le transporter pour faire des radios parce qu’il fallait régler son problème. Il a été mis hors de danger. Le malade a été amené au scanner.

Malheureusement le coup qu’il a reçu à la tête est une arme blanche. Le crâne a été fendu. Ce qui lui a crée un pneumo-encéphale. Il a eu une atteinte encéphalique grave et a commencé à présenter un arrêt cardiaque. Il n’a pas pu résister ». Ainsi, Dr Ly persiste et signe que le défunt a été correctement pris en charge mais la grande faucheuse était déjà là.

e media

Leave A Reply

Your email address will not be published.