CRÉATION D’UNE NOUVELLE STRUCTURE POUR L’EMPLOI DES JEUNES

0

Comme une réponse à la clameur évoquant le chômage chronique comme une des causes principales de la reprise à très grande échelle de l’émigration clandestine.

Après le FNPJ et l’ANPEJ, l’État du Sénégal va lancer une nouvelle structure pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes. L’annonce a été faite par le chef de l’État, en Conseil des ministres de ce mercredi, 19 novembre. Macky Sall a ainsi informé le Gouvernement de sa décision de créer un Conseil national pour l’insertion et l’emploi des jeunes (CNIEJ) qu’il compte visiblement surveiller de très près puisqu’il sera logé à la Présidence. Il s’agit d’un organe consultatif stratégique d’impulsion, qui sera mis en place dans la deuxième quinzaine de décembre 2020.

À ce propos les ministres en charge de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion, du Travail et de la Jeunesse sont chargés de soumettre au président Sall par le biais du Ministre, Secrétaire général du Gouvernement, un projet relatif à la création du CNIEJ qui sera examiné, en Conseil des ministres avant la fin du mois de décembre 2020.

Selon le communiqué du conseil des ministres, parcouru par Emedia.sn, Macky Sall a également rappelé aux ministres en charge de l’Education, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur, « l’urgence de transformer davantage les modes et méthodes d’enseignement et de formation par le développement de l’e-Éducation avec l’intégration systématique du Numérique et l’actualisation des curricula de formation à des métiers et vocations conformes aux évolutions du monde contemporain. »

Par ailleurs, Macky Sall a exigé au ministre en charge de l’Emploi, Dame Diop, celui soumettre « dans les plus brefs délais, une stratégie nationale d’insertion professionnelle (SNIP) qui accorde une priorité fondamentale aux jeunes diplômés, en cohérence avec les dispositifs publics (DER F/J, ADEPME, FONAMIF….) » Également, il a souligné « l’impératif d’actualiser la cartographie des demandeurs d’emplois au Sénégal (en intégrant l’âge, le genre, la région et la formation) » et la nécessité « de veiller à une meilleure maîtrise des flux de sortants « diplômés » des écoles de formation professionnelle. »

Sur la stratégie d’intensification de l’insertion professionnelle des jeunes apprentis et diplômés, le Chef de l’Etat a insisté sur l’importance qu’il lui accorde et qui s’est traduite par le renforcement du Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, des volets stratégiques « Apprentissage » et « insertion professionnelle » afin, d’une part, de former les jeunes à des métiers qui répondent aux besoins de l’économie et du marché du travail et, d’autre part, d’accompagner les diplômés et les apprentis à bien entrer dans la vie professionnelle et économique.

Il invite, également le Ministre en charge de l’Insertion à engager, sur le terrain des initiatives sectorielles pragmatiques d’aide à l’embauche des jeunes en relation avec le Ministre en charge du Travail, les organisations patronales, les structures et mouvements de jeunesse (Conseil National de la Jeunesse, ONCAV…)…

e media

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.