POUR UNE DÉMOCRATISATION DE L’ACCÉS: 51 notaires sur 15 millions d’habitants

En France, la loi Macron, votée en 2015, a définitivement brisé l’oligo- pole dans la fonction de notaire. Au Sénégal, étudiants et praticiens du droit attendent toujours la délivrance.

Sur une population de 15 millions d’habitants, ils sont seulement 51 notaires. Là où des pays comme la Côte d’Ivoire en compte plus de 300. ‘’C’est très insuffisant. Nous sommes seulement 22, qu’est-ce qu’on peut gâcher dans leur travail ? Absolument rien. Le problème, c’est qu’ils refusent catégoriquement que le nombre soit porté au-delà de 52. Nous, on dit que ça va se faire, parce que les textes sont faits pour être respectés’’, fulmine Me Mansour Diop. Ainsi, comme les cor- donniers, les plus mal chaussés, selon le dicton, les notaires, censés être des défenseurs de la loi, sont parfois les premiers à la violer, selon lui.

Alors que les problèmes des ‘’notaires stagiaires’’ qui ont passé le concours s’enlisent, on a assisté à la nomination d’autres personnes. Ainsi, il faut retenir qu’il y a deux régimes pour devenir notaire au Sénégal : D’une part, il y a le Sénégalais lambda qui doit obliga- toirement respecter la loi en passant par le concours. D’autre part, le pri- vilégié qui a la chance d’avoir un parent à l’intérieur de la corporation et qui bénéficie de passe-droits. En toute violation des règles qui régis- sent le Notariat. Outre ce problème, il y a aussi celui des notaires inscrits sous l’ancien régime et qui n’enten- dent pas du tout faire le concours. Autant de difficultés héritées par le ministre de la Justice Garde des sceaux, Ismaïla Madior Fall.

Source: Enquête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *